Au moins 3 enfants âgés respectivement de 8, 12 et 13 ans sont décédés récemment des suites d’un empoisonnement dus à des pesticides utilisés dans des champs de coton situés dans l’État d’Andhra Pradesh, en Inde. Le fait qu’il s’agisse d’enfants n’a rien d’étonnant car c’est un secteur d’activités qui, dans cet État, en "emploie" environ 84.000, dont 1.650 pour la seule société ProAgro, filiale de la multinationalemultinationaleEntreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d'une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères. (en anglais : multinational) allemande Bayer. Ces faits ressortent d’une étude publiée en octobre 2004 par les ONG Germanwatch, Coalition against Bayer Danger et Global March against Child Labour, lesquelles ont introduit une plainte en bonne et due forme contre Bayer auprès du ministère fédéral allemand de l’Économie. Pour non respect des principes directeurs de l’OCDE concernant les entreprises multinationales. La plainte a pour but principal d’interdire à ProAgro d’utiliser, en violation des conventions internationales, cette main d’œuvre bon marché. Pour rappel, l’étude montre que l’exploitation des enfants prend les pires formes : journées de travail de quatorze heures, conditions de travail exécrables, salaire dérisoire moins d’un demi dollar par jour. En date de septembre 2005, la procédure contre Bayer est toujours en cours.

Source : www.germanwatch.org et www.cgnetwork.org